Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le carnetier
  • le carnetier
  • : je m'exprime, donc je suis. suivez moi dans mes pérégrinations mentales.
  • Contact

Wikio

http://www.wikio.fr

Archives

mon univers Netvibes

Add to Netvibes
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 15:03

Dans l’institution classique du travail telle qu’elle s’est fixée au XIX éme, l’ouvrier vend sa force de travail et reçoit un salaire en retour. La force de travail est un travail possible, un potentiel déjà déterminé par l’organisation bureaucratique de la production…

En revanche, le travailleur contemporain tend à vendre non plus sa force de travail, mais sa compétence ou, mieux, une capacité continuellement entretenue et améliorée à apprendre et à innover, qui peut s’actualiser de manière imprévisible dans des contextes changeants. A la force de travail du salariat classique, un potentiel, succède donc, une compétence, un savoir être, voire un savoir devenir qui relève du virtuel. Comme toute virtualité, et contrairement au potentiel, la compétence ne s’use pas quand on s’en sert, bien au contraire. Seulement, voilà le hic : l’actualisation de la compétence, c'est-à-dire l’éclosion d’une qualité dans un contexte vivant est beaucoup plus difficile à mesurer que la réalisation d’une force de travail…

au fil des  lectures...

Partager cet article

Repost 0
Published by le carnetier - dans pro... ou presque
commenter cet article

commentaires

contemporaine 27/09/2006 14:28

C'est certain, le travail dit à la tâche ("belyatach" dans notre beau dialecte) est plus facile à quantifier, à apprécier et à rémunérer. "Classique" n'est pas le mot exact, depuis le temps que le secteur tertiaire s'est développé, je dirais plutôt "archaïque". Par contre, j’adhère totalement à ta réflexion sur la dynamique de la compétence et sur sa « bonification » à l’usage. Tu dis qu’elle change d’une manière « imprévisible », j’ajouterais « imperceptible et permanente ». Véritable phénomène de « vie ». « Vie » dans le sens scientifique du mot. A quand les compétences cultivées in vitro? (Aldous Huxley dans « le meilleur des mondes » a eu un grand moment de prophétie), les DRH se procureront ainsi des stocks de réserve… tu vois l’incidence sur le métier GRH, il changera très visiblement si une telle « avancée » avait lieu. Rien que d’y penser, j’en ai froid dans le dos.
 

Articles Récents